Histoire de (gros) sous

"L’argent est le baromètre des vertus d’une société" Ayn Rand

Publié le samedi 7 septembre 2013

Ce n’est plus un secret : la dette communale atteint des proportions importantes (le compte-rendu de la séance du 18 mars est éloquent à ce propos : http://www.waremme.ecolo.be/?Debats...). Dès lors, une analyse approfondie de cette dette nous est apparue opportune pour savoir si elle était bien gérée, si certaines économies ne pouvaient pas être réalisées.
Après de longues heures passées à analyser, calculer et évaluer la situation, voici nos 4 remarques transmises sous forme de question écrite au Collège Communal :

PDF - 46 ko


Et voici la réponse obtenue :

PDF - 116.9 ko


S’il faut se réjouir qu’une gestion active ait lieu et permette de réaliser des économies, on peut se questionner sur les montants dégagés : 48.000€ historiques, dont 42.000€ en 2013 sur une seule opération... On n’a pas non plus de réponse par rapport aux opportunités identifiées dans la question.
Il y a la question éthique qui est posée : est-il décent d’utiliser des crédits assortis d’instruments tels que ceux qui ont contribué à la débacle de Dexia, quel message nos autorités envoient-elles en encourageant l’utilisation de ces produits ?
Mais il y a plus tracassant encore : 43% de la dette de la ville est exposée à des taux variables. Si on projette l’exemple indiqué, on imagine que les charges de la dette peuvent augmenter de 40% ! Cela entrainerait une augmentation de l’ensemble des dépenses de 7%. Je vous laisse imaginer les conséquences fiscales, et sociales pour les waremmiens d’une augmentation de 7% des dépenses de la ville...
A travers ces constatations, c’est la question de la cohérence de la gestion de la dette qui est posée : le Collège a-t-il défini des niveaux de risque à ne pas dépasser en s’exposant à la variabilité des taux ? A partir de quel montant décidons-nous de réaliser une économie latente ? Pourquoi les opportunités identifiées existent-elles ? Quels types d’instruments dérivés le Collège est-il prêt à (faire) utiliser, étant donné les impacts sociétaux de certains ? Des clarifications sur cette réponse s’imposent !

Lionel Henrion