Ecolo Waremme demande de la transparence dans le dossier Togo.

Le ministre Furlan juge la plainte de l’opposition dans le dossier d’octroi de subventions non fondée.

Publié le lundi 18 avril 2011

Du 9/07/2010 au 02/08/2010, 15 waremmiens sont partis au Togo, un voyage prévu de longue date à des fins humanitaires. Une conférence de presse incluant les autorités communales avait d’ailleurs eu lieu il y a bientôt un an afin de présenter le projet et les objectifs. Justifiant de l’urgence dans l’octroi du subside, aucun dossier n’a été présenté au conseil communal, qui a constaté le paiement de subsides sans son autorisation en sa séance de septembre 2010. L’opposition a alors décidé d’introduire une plainte auprès de l’autorité de tutelle sur les points ci-dessous :

Le Ministre Paul Furlan, qui a la tutelle des communes dans ses attributions, a très récemment considéré cette plainte non fondée, en rappelant toutefois certaines règles au collège communal waremmien.

Depuis l’article du 26/05/2010 paru dans La Meuse, Ecolo Waremme suit avec intérêt le projet humanitaire waremmien au Togo, qui porte les valeurs de l’écologie politique en matière de coopération au développement, mais également en matière de développement durable. Le projet décrit voici bientôt un an devait être réalisé l’été dernier, avec l’ensemble des subsides waremmiens via l’asbl Défi, et le soutien sur place de l’asbl Adomeh. Or, selon nos informations, collectées auprès de participants, à peine un quart du projet a pu être réalisé. En outre, les conditions dans lesquelles nos jeunes waremmiens ont vécu ne sont pas non plus celles qui étaient attendues : certains ont été en état d’arrestation, d’autres ont eu un accident de la route suite auquel leur chauffeur a pris la fuite, on relève également plusieurs cas d’intoxications alimentaires, ou encore de disputes des waremmiens en public, ... de nombreuses situations où nous pourrions questionner la majorité sur sa responsabilité vis-à-vis des familles et sur l’image de la ville qui est donnée à l’étranger.

Autre point d’anormalité : bien que seulement un quart des objectifs prévus ait été rencontré, l’entièreté du financement a par contre bien été utilisé... Selon nos informations, de nombreuses différences ont été rencontrées entre le budget initiallement prévu, et les dépenses réellement effectuées sur place. Alors qu’il est logique de devoir faire face à des imprévus, il l’est tout autant de rendre des comptes lorsqu’on utilise de l’argent public. A notre connaissance, aucune information n’a été transmise par l’asbl communale et aucun compte ne semble être rendu, en contravention avec la Loi sur les asbl. Ceci étonnera par contre beaucoup moins si on sait que, entre autres exemples, l’asbl "Guy Coëme asbl" - assujettie à la T.V.A., et ayant donc des activités économiques – n’a jamais déposé ses comptes annuels...

La réponse du Ministre Furlan à l’interpellation de l’opposition waremmienne sur ce dossier nous surprend à peine : d’une part c’est essentiellement l’aspect procédural qui a été examiné, et ensuite c’est un ministre socialiste qui doit juger un député-bourgmestre socialiste. Dans ce cadre, qu’on ne relève qu’une légère faute n’est pas étonant.

Par contre, étant donné nos remarques précédentes, nous ne pouvons considérer à ce stade la gestion de ce dossier ni normale, ni transparente et, dans une logique constructive, aux fins de pouvoir comparer les politiques socialistes et écologistes en matière de coopération au développement, nous demandons au collège communal

•Comment la mission a été conduite

•Comment les jeunes ont vécu sur place

•Comment l’argent des citoyens a été utilisé

•Comment et dans quelle continuité la commune envisage la suite de sa politique de coopération au développement (pour laquelle un budget de 40.000€ a été voté en decembre 2010)

•Quelles évaluations -et sur base de quels critères- l’Administration Communale tire t’elle de cette expérience au niveau de la collaboration administrative et logistique avec l’asbl Défi, des réalisations au Togo, et de l’apport pour la population sur place

En conclusion, puisqu’à de nombreux égards Ecolo Waremme trouve cette situation anormale et source potentielle d’abus au détriment des waremmiens dont l’utilisation des impôts laisse à désirer ; puisque personne ne semble s’en émouvoir et certainement pas le pouvoir de tutelle visiblement abusé par les édiles socialistes locaux ; et puisque la stratégie du mutisme qui convient si bien à la majorité dans de tels dossiers nous apparaît comme un aveu ; faute de réponse du collège à nos questions avant le prochain Conseil, nous transmettrons nos informations à :
- Madame le Procureur du Roi près le Tribunal de Première Instance de Liège
- Monsieur le Ministre des Finances

Notre but ne consiste certainement pas à accabler une de ces asbl dont l’objet est noble et doit être encouragé, mais de mettre la majorité waremmienne face à ses responsabilités. En choisissant délibérément de contourner la règle, elle a pris certains risques par rapport au déroulement du projet, et doit les assumer.

Pour Ecolo Waremme,

Lionel Henrion