Débats au conseil du 28/12/2012

Publié le vendredi 4 janvier 2013

Comme promis dans sa précédente séance, la modification du règlement de circulation du carrefour dit du Congo a été validée à l’unanimité. Nous saluons ce geste d’ouverture qui plaide en faveur d’une collaboration constructive pour les 6 années à venir. Cette demande a en effet été initiée par Raphaël Dubois.

Concernant les travaux effectués à la salle du centre culturel, si nous sommes en leur faveur, nous ne pouvons cautionner la manière : quelle est l’utilité de demander au Conseil son accord sur des travaux qui ont déjà été réalisés ? L’utilité des suggestions des conseillers – fussent-ils de la minorité comme de la majorité d’ailleurs – est nulle et le respect du travail des conseillers est mis à mal, comme l’a justement rappelé Marie-Noëlle Mottard.

Le dossier qui a sans conteste occupé le devant e la scène est celui du centre sportif. Fattah El-Hani a fait le décompte des frais engagés depuis 4 ans : plus d’1,5 millions d’Euros… Et cela pour étudier et "rafistoler" un bâtiment dont les fondations, qu’on peut apercevoir dans les diverses expertises commandées ces derniers mois, laissent apparaître des brèches, lézardes, un béton rongé, dont les structures rouillées émergent… Douze ans après les premières demandes de la minorité de réaliser un audit global, on investit maintenant 13.000€ HTVA afin de rassembler et synthétiser les expertises effectuées (pour 18500€). Celles-ci portent essentiellement sur la stabilité du bâtiment … à court terme ! A quand une solution durable et efficace ?

Un autre point chaud concernait le subside exceptionnel octroyé au club de volley. Si un mécanisme automatique a été mis en place afin de garantir aux différents clubs sportifs de la ville des subsides équitables, on peut s’interroger sur la pertinence d’un subside exceptionnel qui ne vise qu’un seul club. On peut également s’interroger, comme l’a rappelé Laurent Moor, sur le côté redondant de ce subside exceptionnel dont c’est la troisième occurrence. Ainsi d’ailleurs que sur la visibilité conférée à la ville par le club de volley en comparaison, par exemple, du club de mini-foot "Audio Duo" qui a disputé des compétitions au second niveau national. On peut également se demander l’utilité et les dépenses effectuées à l’aide de ce subside tant la demande pour l’obtenir est laconique, et le dossier absent… On peut, finalement, s’indigner que le seul club qui bénéficie de ce type de subside soit celui qui a son président dans les rangs du Conseil…

La dernière intervention de la minorité visait l’augmentation du budget du projet de revitalisation urbaine (site Dengibéton) due aux luminaires qui seront plus chers, mais aussi plus économes. Si nous saluons ce type de raisonnement de bon sens, nous trouvons le dossier plutôt léger (lisez : vide). Après enquête plus approfondie, on découvrira que les luminaires LED proposés sont en fait prévus pour des pistes cyclables et non des voiries, et qu’ils ne seront pas installés sur l’ensemble du site (ni la place, ni le parking, munis d’éclairage traditionnel). A notre question sur l’opportunité d’un tel choix, le bourgmestre n’a su que nous renvoyer aux futures commissions qui seront créées pour en discuter. Espérons que nous pourrons également y discuter de points qui ne sont pas déjà décidés, et que la cohérence des différents aménagements urbains pourra être faite …

Rendez-vous est fixé le 28 janvier pour d’autres actualités brûlantes de votre ville !

Lionel Henrion