Débats au conseil du 1er février 2016

4 nuances de ROUGE !

Publié le mercredi 10 février 2016

Avouez que, comme titre, c’est plus aguichant que d’habitude... Mais ne vous y trompez pas, le rouge, ce n’est pas juste la couleur de l’amour, non, il y a également la colère, le sang, et même...le diable !

  1. ECARLATE pour un point proposé par le Collège : une motion sur les éoliennes. Nous demandons (ainsi que d’autres communes d’ailleurs) au ministre de référence (Furlan ndlr) de mettre de l’ordre dans les possibilités de déposer des permis, de réglementer les ouvertures à l’éolien citoyen, de délimiter les zones, ... Bref, le collège nous fait demander un cadre contre lequel il s’est exprimé lorsque le ministre Henry en avait la compétence, soit, ce n’est pas le pire, c’est d’ailleurs plutôt une bonne idée.
    Non, le pire, c’est d’utiliser cette demande légitime pour s’exprimer dans la presse CONTRE les demandes d’avis sur les projets éoliens. Créer ainsi un amalgame entre cette "motion", légitime, et la faire passer pour un "moratoire" - qui lui n’a jamais été mis sur la table et serait aussi ridicule (car ce n’est pas la commune qui octroie ces permis) que peu constructif.
  2. RUBIS, cette deuxième nuance de rouge, elle est moins due au point voté (une délégation de compétence du conseil vers le collège) qu’à cet aveu qui a accompagné les débats : "Toute tâche effectuée par l’administration en vue d’accroître la transparence, est inutile. C’est une pure perte de temps." Je tairai l’auteur qui sur le banc socialiste a émis cet avis, et a persisté. Par contre, je m’interroge sur la conception de la démocratie de cet élu d’un parti démocratique. Car, partant de cette logique, expliquez moi pourquoi il est encore utile de représenter chacun dans une instance publique ? Vu le manque d’intérêt de cet élu qui apparemment juge inutile de demander une quelconque explication complémentaire sur les points votés, à quoi sert-il ? Où est l’utilité, la valeur ajoutée pour la collectivité, et surtout : la conscience de celui qui se comporte à l’inverse de ses promesses électorales ?
  3. POURPRE pour le premier point déposé par la minorité : une motion (disponible ci-dessous) réclamant à RESA, le gestionnaire du réseau de distribution, explications, excuses, et indemnisations pour les clients lésés suite à la coupure d’électricité du 15 janvier. En effet, le gestionnaire du réseau de distribution de la commune voisine de Gingelom, elle aussi "victime" des chutes de neige abondantes car elle se trouvait sur le parcours de la perturbation, a pu rétablir l’approvisionnement de l’ensemble des habitants dès le 15/1 en fin de journée. Si un gestionnaire le peut, pourquoi l’autre est-il soumis à la "force majeure" qui le dédouane de toute responsabilité ? La majorité refusera de demander des explications, des justifications sur les plans d’investissements, ... En effet, notre projet de motion a été communiqué à RESA dès son dépôt !!! Et la conclusion de RESA (devinez un peu, juste pour voir...) était "le caractère inopportun de la motion". Par conséquent ... ne la votons pas !
    Il y a quelques années, j’ai appris cet adage de Warren Buffett : "ne demandez jamais à un coiffeur si vous avez besoin d’une coupe". Mais apparemment, quoi que le bourgmestre en dise, nous n’avons pas été à la même école.
    La commission de préparation du Conseil a du être écourtée une semaine plus tôt car une cabine a pris feu rue de Tunisie. L’éclairage public du centre-ville est défaillant la plupart du temps. Mais surtout, ne dérangeons pas les élus qui oeuvrent à la tête de RESA, laissons plutôt les waremmiens face à leurs dégâts aux appareils électroniques, leurs pertes au niveau denrées périssables, et leurs rues toutes noires !
  4. VERMILLON pour la communication maison. A Waremme, si les routes ne sont pas dégagées en cas de neige c’est qu’elles sont PRATICABLES !(entendons-nous, (vous trouverez la question ci-dessous) nous ne demandions pas d’avoir un bitume immaculé quelques minutes après une averse, mais uniquement qu’on nous explique pourquoi trois jours après la fin des chutes, la plupart des quartiers n’avaient pas vu la couleur de l’épandeuse...)
    Comme en témoigne la rue Luciflore le dimanche 17/1 : une couche de neige écrasée qui a connu deux belles nuits de gel, le tout sur une rue en pente, c’est super praticable, pour les voitures, comme pour les piétons ! Le plus dommage, c’est que si nous avions su plus tôt qu’il ne fallait pas dégager nos voiries, nous aurions pu éviter les acquisitions de trois épandeuses et une lame de déneigement ces 4 dernières années, une note plutôt salée (au contraire des routes)... Bref, on n’est pas encore au niveau de la communication de RESA, mais sur la bonne voie malgré tout. Enneigé mais praticable, comique mais triste au fond ce compte-rendu...

    Lionel Henrion
    PDF - 45.4 ko
    motion RESA
PDF - 28.7 ko
Question déneigement