Débats au Conseil du 9 mars

Publié le vendredi 13 mars 2015

C’est une séance bien préparée que nous avons eu ce lundi. En effet, lors de la commission infrastructures du mercredi précédent, nous avons pu aborder le dossier de la toiture de la piscine communale qui devait être validé par le Conseil pour pouvoir suivre son cheminement dans les méandres administratifs wallons. Autre point sur les infrastructures : la réfection de la cour de l’école communale de Longchamps, devenue dangereuse pour les enfants et devant être "lissée" grâce à un nouveau revêtement. Et finalement, différentes acquisitions devaient être effectuées : une chargeuse/pelleteuse, un nouveau car communal, et une épandeuse, en remplacement du matériel actuel, vieillissant.

La commission mobilité du lundi précédent à, quant à elle, abordé le cahier des charges du plan de mobilité qui va être commandé. Pour notre plus grand bonheur, celui-ci abordera la problématique de l’aménagement de l’espace devant l’école Notre-Dame afin de permettre la dépose des écoliers dans un cadre optimal et sécurisé, comme nous l’avions demandé lors du précédent Conseil. L’acquisition de radars préventifs (ceux-qui vous indiquent à combien vous roulez, et le tarif conséquent) a également été débattue. Couplés à des contrôles via des radars mobiles, et vu leur plus faible coût, nous avons finalement été convaincus de leur efficacité. Plus de débats sur l’emplacement a choisir puisque ces radars préventifs seront mobiles ! Finalement d’autres passages pour piétons seront équipés d’éclairages ad-hoc. Les passages situés devant les écoles Saint-Louis et Longchamps devraient en bénéficier, vu leur utilisation intensive.

Nous avions inscrit à l’ordre du jour une motion visant à valider un nouveau cahier des charges pour les fournitures et livraison des repas dans les cantines scolaires. A l’heure actuelle en effet, le cahier des charges utilisé ne fait apparaître aucun critère sur la qualité des repas, uniquement des indications de quantité. Ceci n’est clairement plus en phase avec l’approche moderne de la diététique. Au contraire, nous souhaitons que les écoliers puissent profiter d’une véritable éducation au goût, faisant la part belle aux légumes, aux fruits frais. Des aliments issus des circuits-courts et de l’agriculture biologique devraient intégrer les repas. Selon ce cahier (déjà mis en place dans d’autres écoles) le coût serait nettement inférieur à ce que nous payons actuellement. Et finalement...les élèves auraient un dessert (sain), ce qui, j’en suis sûr, les satisfera ! Cette idée figurait en bonne place dans mes priorités électorales en 2012, c’est tout naturellement que je la propose aujourd’hui.

PDF - 706.3 ko


Après une réponse scabinale sur la défensive, visant à justifier la qualité actuelle des repas, à la demande de Christian Trolin (tiens, je pense que c’est la première fois qu’un conseiller PS est mis à l’honneur dans mes comptes-rendus) le groupe PS a souhaité s’entretenir à nouveau sur le sujet pour finalement en demander le renvoi en commission afin d’en discuter ensemble et d’aboutir sur une solution concertée. Cette ouverture est réjouissante : l’amélioration de la qualité de vie (et de la santé en l’occurrence) passe devant les jeux politiques ! Cela me rappelle Deproges : "L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne".

Lionel Henrion