Débats au Conseil du 3 février

Publié le dimanche 9 février 2014

Les conseillers enfants ont été mis à l’honneur avant cette séance, pour leur prestation de serment...devant de nombreux conseillers adultes émus en partie par la démarche des jeunes, mais également par la nostalgie du moment, pour être passé par là, voilà environ 25 ans...
Avant de débuter cette séance à l’ordre du jour très réduit, un point a fait polémique. En effet, le Collège a décidé d’intenter un recours au Conseil d’Etat contre le ministre Furlan (cf La Meuse, 5/2/14) par rapport à une délibération du Conseil. Jusque là, pas de quoi s’affoler. Non, le côté dérangeant consiste à inscrire ce point en huis-clos, le cacher aux waremmiens. Pourquoi éviter un débat public ? Après une interruption de séance d’une vingtaine de minutes et de longs échanges techniques sur le huis-clos, le point sera maintenu au secret, ce qui, en soi, en dit long !
Premier point : le fameux "SDER", Schéma de Développement de l’espace Régional, (un schéma de structure à l’échelle régionale) un point sur lequel toutes les communes doivent s’exprimer. L’avis du groupe WE est favorable...sous certaines conditions. Nous rejoignons la majorité (et les citoyens à travers la commission d’aménagement du territoire) sur plusieurs -pas toutes- modifications à effectuer (notamment la densité du bati dans les villages) et voterons en faveur de leur texte.
Autre point : un marché de marquages routiers. Un tel marché représente un coût annuel de 10.000€ pour la ville, bref une goutte d’eau dans le budget communal. Et pourtant, avec des marquages routiers, on peut faire beaucoup de choses : délimiter des bandes cyclables (plutôt que de les arrêter nets à l’entrée du centre-ville), des espaces de stationnement, ... Bref, non seulement nous voterons en faveur de ce marché, mais nous encouragerons en outre le Collège à ,investir d’avantage dans ces marquages peu honéreux et qui pourront permettre d’améliorer la mobilité de chacun ! Ce point devrait d’ailleurs être d’avantage débattu après son passage en commission de mobilité, en février !
Je ne manquerai pas de vous en informer. D’ici là, portez-vous bien !

Lionel Henrion