Débats au Conseil du 1er juillet

Tant va la cruche à l’eau ...

Publié le lundi 8 juillet 2013

N’ayez crainte chers internautes : l’insouciance émanant de l’ambiance estivale combinée au flegme des lendemains de braderie n’ont eu raison de notre vigilance lors de cette séance du Conseil qui a vu deux dossiers particulièrement attendus. Tout d’abord : le plan communal d’aménagement du quartier de l’ancienne râperie.

PDF - 563.7 ko

Si le stade d’avancement du dossier ne nécessite pas de surveillance rapprochée, et si la définition des zones fait la part belle à la mobilité douce et aux zones de rencontres, 4 remarques ont justifié notre abstention :

  • La route "pénétrante" qui traversera le quartier depuis la chaussée romaine est de natue à saturer les voies de destination : les rues G.Renier et E.Malvoz (qui abrite en outre la caserne des pompiers et nécessite d’être dégagée)
  • Si l’évolution démographique nécessite des aménagements résidentiels, il ne faut pas perdre de vue l’évolution parallèle nécessaire des services publics (et de leur accessibilité). Sur ce point, la position de la majorité nous paraît encore très floue.
  • Si des zones ont été requalifiées pour abriter des services communautaires, il nous est parvenu que les propriétaires ne sont pas vendeurs. La position de la majorité est également manquante sur ce point.
  • Et finalement, le travail méticuleux de Laurent Moor aura permis de relever (dans le rapport initial de 2006 sur le plan d’aménagement) la problématique des sols pollués par l’activité industrielle. Des métaux lourds ont été retrouvés dans la nappe phréatique nécessitant des travaux d’assainissement.

Très attendu également, voici enfin sur la table le dossier de la piscine. Si vos attentes se réfèrent aux honoraires de l’architecte auteur du projet, à la lenteur du dossier (élections obligent) ou au nombre d’expertises réalisées, vous riquez d’être déçus... En effet, adieu veau, vache, cochon, couvée (nouveau toît, nouveau bassin, aire de jeux) : des investissements il y en aura bien, mais uniquement afin de pallier à tous ceux qui n’ont pas été effectués ces 40 dernières années, et ce dans le but de préserver l’outil ! Les débats furent l’occasion de rappeler à l’échevin combien ses plans électoraux auront coûté à la collectivité, et pire : le risque qu’ils lui font courir. En témoigne à nouveau le rapport négatif sur l’installation électrique communiqué à l’échevin-président du centre sportif...en novembre, et dont nous votons aujourd’hui le remplacement !

Voici donc ce premier semestre de la législature qui se termine. L’heure n’est pas encore au bilan, mais quelques tendances ont déjà émergé. En vous donnant rendez-vous à la rentrée pour d’autres comptes-rendus, je vous souhaite de bons congés !

Lionel Henrion