Conseil du 1er Juillet : 2ème session

Publié le mardi 3 septembre 2013

Chers internautes, à la demande générale, un petit retour s’impose sur le dossier de la piscine communale. Suivant les bons conseils de mon ami et homologue hutois Jean Marot, et puisqu’un petit dessin vaut mieux qu’un long discours, voici donc, en exclusivité pour vous, le "roman-gif animés" de la piscine communale :

A la base, il y a un échevin des sports - appelons-le Monsieur R (pour ne pas avoir d’ennuis). Il voit les choses en GRAND

D’ailleurs concernant le stade de foot, il a vu les choses plutôt en grand (on y reviendra)

Et assez logiquement, il a aussi de grands projets pour la piscine (dont le plafond vient de s’effondrer sur le bassin des enfants)

...projets qui ont amené une certaine perplexité au sein de la minorité :

En effet, l’état du centre sportif n’augure rien de bon. La minorité demande donc un audit de l’ensemble du centre sportif.

Réponse de Monsieur R :

Ainsi, les waremmiens pouvaient entretenir de beaux espoirs pour leur piscine :

A tel point que même les collègues de Monsieur R ont fini par s’interroger

...mais ils furent vite rassurés

Et au moment d’aborder le côté pratique :

Et bien les entrepreneurs ont également souhaité... un audit !

Qui fut fait.

Et en exclusivité pour vous chers internautes, voici Monsieur R qui découvre le rapport des experts quelques semaines avant les élections :

...en effet, les conclusions disaient à peu près ceci :

où, si on effectuait les travaux, ceci :

Ce GRAND projet allait nécessiter un GRAND budget. Pas de chance, il était parti dans le GRAND stade de foot. Et à la veille des élections, les collègues de Monsieur R n’étaient pas très contents

On a donc approfondi l’expertise (question de calendrier...)

Et Monsieur R a du revoir ses ambitions à la baisse, lors du Conseil ce 1er juillet

Voici donc, chers internautes, un bien long dossier résumé en quelques images qui corroborent bien notre regretté Coluche lorsqu’il disait "la politique, c’est cinq ans de Droit, et tout le reste de travers" ;-)

Lionel Henrion