Budget 2012

Publié le vendredi 23 décembre 2011

200%

« La dette est un manque de loyauté pour les générations suivantes », cette citation de Jacques Attali aurait convenu à merveille hier lors du conseil communal d’approbation du budget. La dette des Waremmiens était en effet au centre du débat. Exagérée et en croissance trop rapide pour l’opposition, tout-à-fait sous contrôle, raisonnable et en phase avec des investissements « proactifs » pour la majorité, que représente-t-elle vraiment ? Regardons une petite statistique très simple pour y voir plus clair. Avec ses 24,4-bientôt 25,2 millions d’euros, soit plus de 1700€ pour chaque Waremmien (enfants, pensionnés, allocataires sociaux inclus), la dette communale avoisine 200% de ses revenus annuels… Le coût de cette dette représente à lui seul plus de 20% de l’ensemble des dépenses de la ville, soit environ 220€/an pour chaque Waremmien. A titre de comparaison, le coût de la dette fédérale s’élève par contre à environ 15% de son budget, c’est-à-dire, proportionnellement, beaucoup moins que notre ville. Et pourtant, la Belgique est montrée du doigt et mise en garde sur la scène internationale. Qu’en est-il ici : une gestion saine et proactive, vraiment ? Chacun jugera le niveau de raisonnabilité. Pour ma part, en phase avec Jacques Attali, je pense que vivre au dessus de ses moyens n’est tout simplement pas loyal vis-à-vis de nos enfants, peu importe l’ampleur de l’excès, et que cette dette devrait diminuer tant qu’il en est encore temps.

Pour le reste de la séance, notons le lancement d’un nouveau PCA dans le quartier Saint-Eloi, pour 580 logements, alors que le premier logement du quartier de Hartenge n’est pas encore construit, que le PCA de l’ancienne râperie vient à peine d’être lancé, et que nous ne connaissons pas encore les retombées réelles de l’un ni de l’autre. Est-ce bien en phase avec une évolution raisonnable de la ville ? Finalement, dans la plus grande discrétion le dossier « piscine » vient d’être raboté, après avoir occasionné 190.000€ de frais d’études, 13€ de chaque Waremmien … pour quoi au juste ?

Lionel Henrion